Bilba : Bernard, bonjour.

Bernard : Bonjour.

Bilba : Il y a eu beaucoup de rumeurs sur toi à propos d'implants mammaires, d'anorexie...

Bernard : C'est vrai.

Bilba : Présente-toi.

Bernard : B.E.R.N.A.R.D. Mon nom à moi c'est Bernard Bi, oui tu l'as deviné.

Bilba : Tu es seul.

Bernard : Oui. Seul avec mon chien, Compote.

Bilba : Tiens, ça vient d'où ce nom ?

Bernard : Il aime lécher la compote.

Bilba : Tu te sens proche de Donna, dans Beverly Hills ?

Bernard : Non.

Bilba : Que portes-tu aujourd'hui, Bernard ?

Bernard : Aujourd'hui je porte un pantalon noir moulant avec une bande brillante sur le côté. J'ai aussi un petit top rouge qu'on m'a donné sur une session photo, une veste noire et des talons hauts.

Bilba : Des talons sur une veste ?

Bernard : J'entretiens ma ressemblance avec Georges Clooney.

Bilba : Mais, il n'est pas barbu ! Quelle partie du corps tu aimes le moins chez toi ?

Bernard : Les genoux. J'ai les genoux qui plissent.

Bilba : Quel meuble trouves-tu sexuellement attirant ?

Bernard : J'ai envie d'un beau lavabo. D'ailleurs je...

Bilba : Quel pouvoir magique aimerais tu avoir ?

Bernard : De la compote à volonté.

Bilba : Quel est ta vie au quotidienne ?

Bernard : Quand il fait très chaud, j'aime mettre le vieux ventilo de ma mère sur le lit, à la hauteur de mes pieds, et laisser mon sexe fouetter mon ventre en faisant des petits flap-flap.

Bilba : Le cap de la trentaine a été difficile à passer ?

Bernard : Mentalement, j'ai vraiment fini ma puberté, voilà tout ! La grossesse m'a conféré une sorte d'aura, de pureté. Et pas uniquement parce que je buvais et ne fumais pas, mais parce que j'étais plus sensible. Tu abandonnes toute vanité, tout narcissisme. Avant d'avant d'avoir des enfants, je voulais toujours être parfaitement épilé, j'étais obsédé par mes fesses, par ma ligne...

Bilba : Tes cheveux, c'est ta couleur naturelle ?

Bernard : J'ai longtemps été en rose.

Bilba : Il t'est arrivé de te trouver mal habillée ?

Bernard : Parfois, je regarde un vieux magazine et je me dis : "Oh mon dieu, comment ai-je pu porter ça ?". Mais si tu veux mon avis, tu peux porter un T-shirt Zara avec un tailleur Chanel. Ca ne me choque pas du tout !

Bilba : Dans notre société, une femme successfull est belle et mince. Tu es très jalouse ?

Bernard : J'ai une certaine hygiène de vie. Je ne couche jamais avec les actrices. C'est vrai que je suis une vraie obsédée du gloss. J'adore, ça me fait une bouche pulpeuse, c'est ma première arme de séduction. Et sortir sans parfum, pour moi c'est pire que sortit sans culotte. D'ailleurs, j'ai remarqué que beaucoup de filles ont la chair du mollet qui ballote quand elles marchent. Regardez-bien, c'est flagrant. En tout cas, moi, j'évite de me mettre en jupe.

Bilba : Qu'est-ce qu'il y a dans ton verre ?

Bernard : Une 8.6. C'est le must drink du moment.

Bilba : Tu as une recette pour séduire ?

Bernard : Ma technique de drague ? Je planque un slip sale dans la poche de mon blouson. Je prends la main de la fille et je la mets dans ma poche. Et là, paf.

Bilba : Paf ?

Bernard : Oui, paf. Je lui dis : "Devines ce que c'est. C'est mon slob. Tu vois, là, je suis nu sous mon futal. Ca t'excite, hein ?"

Bilba : Classique.

Bernard : C'est comme ça que j'ai découvert Ophélie Winter.

Bilba : Tu étais candidat à l'élection de Mister Europe ?

Bernard : Oui. J'ai été barré par Sean Connery, qui était membre du jury.

Bilba : Tu as déclaré un jour que tu aimais porter des vêtements sexy. Tu te trouves sexy ?

Bernard : J'adore le sexe. Je posais nu au lieu d'aller à l'école.

Bilba : Pas du tout bitchy ?

Bernard : Après une nuit torride, pendant que mon jules somnole, j'aime bien aller sur le balcon et laisser le vent sécher les traces de ses derniers assauts. Ou je vais à la plage, je nage assez loin dans la mer, puis j'enlève mon calbute, je l'attache autour du poignet et je continue à nager tout nu.

Bilba : Que fais-tu le matin au réveil ?

Bernard : Je me réveille et je saute sous la douche, en évitant le pommeau. C'est alors que je dégaine m...

Bilba : Tu dégaines ?

Bernard: Je dégaine mes ciseaux et je me taille le bouc.

Bilba : Tu aimes peindre des grosses fleurs rouges sur les fesses des mecs ou courir dans les bois sans soutien-gorge ?

Bernard : Oui, mais, en phase de SPM, quand je cours, j'ai les joues qui bougent !

Bilba : Tes anciens girl friends restent tes amis ?

Bernard. Seulement quand c'est le big love.

Voilà. Tel est Bernard, le mélancolique vendeur de lunettes de plongée. Armé de son seul sourire, saura-t-il vous convaincre mesdames ? Le jeu en vaut Jacques Chancel, croyez-nous en.